ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact
CENTRE DE SANTE AKILIMALI
ANNONCE

Nous montons une initiative visant à créer les conditions de sécurisation personnelle des femmes et des jeunes filles ; elle aura pour but de sensibiliser les gens aux causes, à l’envergure, aux coûts et aux conséquences de la violence commise à l’égard des femmes et des jeunes filles. 
 
La sécurité personnelle de nombreuses femmes et jeunes filles qui vivent en République Démocratique du Congo aujourd’hui est compromise en raison de la victimisation dont elles ont fait ou font l’objet et de la crainte qu’un crime soit perpétré contre elles ; l’inexistence des structures d’accueil pour les personnes victimes ne peut laisser personne indifférent surtout en cette période d’après guerre où l’on aura constaté nombre des violations massives de certains droits fondamentaux des femmes (viols massifs avec tous les risques qui en ont découlé). La justice de notre pays ne se bornant qu’à dire le Droit – et encore faudrait-il que ce Droit soit dit – sans se préoccuper du suivi psychologique des victimes. 
 
Selon l’édition 1995 du Rapport Mondial sur le développement humain, une publication des Nations Unies, les femmes sont victimes de la violence à tous les stades de la vie ; en Afrique , la violence conjugale est la première cause de suicide chez les femmes. 
 
Notre initiative « outils de sensibilisation » est une initiative que nous voulons en cinq phases dont la première comprendra la conception de trois pièces de théâtre filmé (« Le Second Viol », « Les cris du Cœur » et « Qu’il fait beau de vivre ! »). La première pièce de théâtre raconte l’histoire d’une jeune femme de vingt-deux ans qui se sera suicidée à la suite d’un viol perpétré huit ans auparavant. La deuxième raconte l’histoire d’une femme qui aura survécu aux abus sexuels de son beau-père. Et la troisième raconte l’histoire d’un couple qui aura transmis à ses enfants une vision plutôt harmonieuse des relations conjugales. La deuxième phase sera consacrée à la promotion de différentes pièces. Les trois dernières phases seront axées sur l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme complet pour initier les gens à la prévention, aux stratégies d’autodéfense et aux techniques d’intervention en cas de crise et, les sensibiliser aux problèmes éprouvés par les femmes et aux répercutions de ces problèmes sur le bien-être de la personne et de la collectivité. La troisième phase portera sur la conception d’un guide et d’un recueil des meilleurs pratiques fondées sur l’expérience dans le domaine de la violence et des commentaires des personnes qui travailleront sur le terrain. La phase quatre sera consacrée à la mise en œuvre d’un projet pilote qui aidera à élaborer et à mettre en place des mesures de redressements des facteurs qui contribuent au crime et à la victimisation contre les femmes : parmi ces facteurs, mentionnons notamment la violence, la pauvreté, l’abus et l’isolement. Et la phase cinq s’occupera de la promotion et du marketing. 
 
Force est de reconnaître que les femmes, si elles partagent certains intérêts avec les hommes, ont des intérêts spécifiques qui ne devraient pas être ignorés et qui, cependant, sont souvent négligés ou même lésés au nom de la cause commune. Dans le cadre de notre initiative sur la violence éprouvée par les femmes et les jeunes filles, nous aimerions que l’information sur le définition des comportements violents ou inopportuns et l’apprentissage de la fuite vers la sécurité provienne des groupes des femmes plutôt que d’un éminent « spécialiste » de la question. 
 
Madame NGOIE KYUNGU-KADI ERNESTINE  
 
Email:modoss_93@hotmail.com  
 
Tél: 243815609962  

  
(c) AKILIMALI - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 18.09.2007
- Déjà 837 visites sur ce site!